portrait

Et si Albert Robida avait été un inventeur ?

Albert Robida (1848-1926), illustrateur, caricaturiste, graveur, journaliste et romancier français, a été l'un des précurseurs de la science-fiction, et du merveilleux scientifique.

Si Albert Robida avait rencontré un savant fou comme Don Sindulfo Garcia, il aurait eu la possibilité de donner vie à ses inventions imaginaires, comme le fameux téléphonoscope, un ancêtre de la visioconférence. Mais pouvait-il passer de l'imaginaire à la science ?

Albert Robida a franchi le pas dans la nouvelle Le jour inverti, parue en mai 2018 dans l'anthologie Dimension Merveilleux scientifique 4 (Rivière blanche), et il n'est autre que l'auteur des télégrammes successifs que reçoit le docteur Moreau dont la curiosité finira par être piquée.

Albert Robida.jpg
Par A. Brauer — Joseph Uzanne, Figures contemporaines tirées de l’Album Mariani, Ernest Flammarion, Paris, vol I, 1894, Bibliothèque nationale de France, Domaine public, Lien

Lire la suite

Une galerie de portraits

Annie Oakley by Charles Stacy (1894)Nouvelle page relative à l'univers du roman : une galerie de portraits.

Outre les chefs d’état, les ministres, ambassadeurs et conseillers d’ambassade, de nombreux personnages sont dans leur propre rôle : la reine de la gachette, une physicienne, le créateur des futures brigades du tigre, le créateur de l’anthropométrie judiciaire, le directeur du laboratoire de psychologie de la Salpêtrière, un neurologue pratiquant l’hypnose suggestive, deux écrivains, l’inventeur du trinitrotoluène, l’architecte de la galerie des Machines, un aciériste, des officiers de la Marine, des officiers d’infanterie et de cavalerie, et d’autres…

Cette galerie de portraits présente des personnages de 1895, l'année d'après, ayant inspiré des personnages, ayant une relation avec les personnages ou, tout simplement, ayant un intérêt dans le contexte général du roman.

Nous commençons avec quatre portraits. La page s'enrichira progressivement.