Qui suis-je ?

Informaticien indépendant, cuvée 60, j’écris depuis… Déjà ? Entre de longues périodes peu productives, j’ai glissé (dérapé ?) de la poésie, plutôt libre (trop ?), vers le conte et la nouvelle fantastique. Après un bref virage en fantasy, j’ai bifurqué vers l’étrange, le thriller, le polar, la science-fiction et l’humour.
Au début du millénaire (ça fait historique), Patricia Girod (avec qui je partage l’écriture et qui a publié) et moi avons fondé une éphémère maison d’édition, arrêtée avant la ruine (oui, j’exagère). En parallèle, nous avons créé et animé un atelier d’écriture virtuel à l’origine de 3 recueils publiés (2 par d’autres éditeurs, dont 1 primé).
Dans la foulée, j’ai écrit. Recueils collectifs et revues ont accueilli une quinzaine de nouvelles. Puis il y a eu une pause. Depuis 2014, aiguillonné par Short Édition puis Oniris, je noircis à nouveau du traitement de texte et je lis ou relis de la SF, du fantastique, de la fantasy…

Jcr 480x480 crayon

En 2015, j’ai autoédité Horizons sur la mauvaise pente, un recueil de 13 nouvelles « obliques », dont 9 parues avant 2006. Elles couvrent un large spectre de genres mais ont en commun que l’horizon des personnages est sur… une mauvaise pente.
2015, est aussi l'année où je me suis lancé dans l'aventure de mon premier roman, L’héritage du docteur Moreau (Éditions Nestiveqnen, novembre 2018), une uchronie steampunk. J'ai pris autant de plaisir à imaginer et à écrire qu'à effectuer des recherches : des personnages historiques y croisent des personnages de fiction de l'époque ou liés à celle-ci. J'ai découvert qu'il ne fallait pas grand-chose pour transformer en steampunk ce qui existait en 1895. Et c'est donc ainsi qu'est né l'univers de la Compagnie des Intelligences Botaniques.
Cet univers s'est déjà étendu et s'étend encore. La nouvelle Le jour inverti, parue dans Dimension merveilleux scientifique 4 (Rivière Blanche, mai 2018), met en scène des personnages du roman, dont le docteur Moreau, et une brigade qui préfigure les futures brigades du Tigre. La nouvelle L’envol de Moby Dick (Anthologie Bêtes mécaniques, L’ivre-book, février 2018) relève du même univers et, bien qu’à l’origine indépendante, elle fournit de la matière au deuxième roman en chantier. Sans compter les nouvelles qui se multiplient : j'en suis à 9 pour l'instant.
En dehors de cet univers, la nouvelle fantastique Rue du chat qui danse a été publiée aux éditions Alter Real (juillet 2018) et la nouvelle Pour l’honneur de Rome a été retenue pour l’un des futurs Dimension Uchronie (Rivière Blanche, mai 2018). Et je compte bien ne pas en rester là.

Semi-marathon trail Crest 2015
Sentier au-dessus du Royans
Baignade dans la Drôme