Épitaphe du vide

Le chaos vient de tomber entre les secondes.
Il a suffi de rompre un instant fragile.
Il pleut des souvenirs d’un futur altéré.
Il pleut des rêves qui ne fleuriront jamais.
Il n’y a plus de lointain ni de lendemain.
On peut toujours naviguer émotion debout,
On finit l’étrave plantée dans les illusions.
C’est ainsi qu’on prend l’horizon en pleine gueule.

 

Tempête intérieure

Que faire des mots s’ils ne servent plus à rien
Quand la goutte de trop fait déborder la vie ?
Donner un grand coup de pied dans la boîte à mots
Pour contempler les émotions éparpillées,
Un fatras confus de stériles illusions ?
Nul rêve ne fleurit, aucune idée ne germe. 
Ne reste qu’un enfer qui consume le cœur, 
Un incendie qui dévore le moindre souffle. 

Ajouter un commentaire