Micros univers de L'envol de Moby Dick

Bansidh

Les références celtiques

Le chaudron et Cernunnos

La frise extérieure du chaudron d'Ulysse Cornaz est fortement inspirée de la frise intérieure du fameux chaudron de Gundestrup. Elle représente le dieu Cernunnos, le dieu à bois de cerf.

Dieu gaulois dont ne sait pas grand-chose bien qu’il soit apparemment une figure majeure, Cernunnos incarnerait le cycle de la nature, la vie et la mort… Il est fréquemment associé à la déesse mère et souvent représenté en position du yoga.

Le chaudron est aussi un clin d'œil au chaudron de la résurrection du dieu druide Dagda.

Cernunnos sur le chaudron de Gundestrup

ChaudronDeGundestrup1.jpg
Par Claude ValetteTravail personnel, CC BY-SA 3.0, Lien

Le chaudron de Gundestrup

ChaudronDeGundestrup0.jpg
Par Claude ValetteTravail personnel, CC BY-SA 3.0, Lien

Cernunnos sur le pilier des Nautes

Cernunnos sur le Pilier des Nautes.
Par L’auteur n’a pas pu être identifié automatiquement. Il est supposé qu'il s'agit de : Clio20 (étant donné la revendication de droit d’auteur). — La source n’a pas pu être reconnue automatiquement. « Travail personnel » supposé (étant donné la revendication de droit d’auteur)., CC BY-SA 3.0, Lien

Niamh

Dans la mythologie irlandaise, Niamh règne sur Tir na nÓg, « Terre de l’éternelle jeunesse », l’autre monde, le Sidh, où elle entraînera Oisin qui, de retour dans notre monde, mourra en posant le pied sur le sol, rattrapé par les temps différents entre les deux mondes.

Ici, le Sidh est connu sous le nom de « Terre des vivants » et, si elle a hérité d'un nom prestigieux, Niamh en est une de ses messagères qui peut prendre l'apparence d'un cygne, une Bansidh, dont la magie est plus puissante que celle des druides.

Si Niamh donne une pomme, ce n'est par hasard. Tir na nÓg est aussi connue sous le nom de « Terre des pommiers ».

Niamh et Oisin

Frontispiece--Tales of the Enchanted Islands of the Atlantic 1899.jpg
Par Albert Herter — Thomas Wentworth Higginson, Tales of the Enchanted Islands of the Atlantic (1899), Domaine public, Lien

Le calendrier de Coligny

Coligny-closeup.jpg
Par Photo taken by User:NantonosAedui, CC BY-SA 2.5, Lien

Samain

Samain est la première des quatre grandes fêtes religieuses de l’année celtique. Elle se situe aux alentours du premier novembre (on peut voir dans la Toussaint et le jour des morts une superposition). Peut-être devenue Halloween, c’est autour de cette fête que les « jours perméables » permettent plus facilement le passage le passage entre les mondes, ouvrant l’accès à l’autre monde, le Sidh.

La Tène

Ulysse Cornaz trouve un précieux objet juste avant l’ouverture des fouilles du site archéologique de La Tène, site archéologique sur les bords du Lac de Neuchâtel, qui a donné son nom à la culture celtique du second âge du fer, période considérée comme l’apogée des celtes.

Les fouilles de La Tène, débutées en 1857, ont permis la découverte de nombreuses armes et parures.

Carnyx de la période

Description de cette image, également commentée ci-après
Par Arnaud 25Travail personnel, CC BY-SA 3.0, Lien

Les lieux

De l'eau...

Les principaux lieux de l'intrigue sont marqués par l'eau, à commencer par le réservoir de Ménilmontant et le réservoir de Montsouris (petite galerie de photos intéressante), deux réservoirs d'eau de Paris. Tout se terminera au bord du lac du parc Montsouris, à Paris lui aussi.

Mais avant d'arriver là, nous passons par le lac souterrain de Saint-Léonard, en Suisse, qui sera officiellement découvert en 1943 par des spéléologues.

Tout n'a-t-il pas commencé au bord du lac de Neuchâtel (Suisse) sur le site archéologique de La Tène ?

Outre ces lieux liés à l'eau, nous ferons, entre autres, une incursion au cimetière du Père Lachaise ainsi qu'au jardin qui le jouxte au nord.

Réservoir Montsouris (Paris)

Reservoir montsouris - paris XIV - 2014.jpg
Par EolewindTravail personnel, CC BY-SA 4.0, Lien

Lac souterrain St Léonard (Suisse)

Image illustrative de l’article Lac souterrain de Saint-Léonard
Par DaryonaTravail personnel, CC BY-SA 3.0, Lien

Parc Montsouris (Paris)

P1060001 Flore et lac au parc Montsouris.JPG
Par Stefi123Travail personnel, CC BY-SA 3.0, Lien

Les personnages

Dans l’ordre d’apparition...

  • Ulysse Cornaz : occultiste spécialiste des religions celtes.
  • Alexandre Cantovella : écrivain, aventurier, puis policier français, inspecteur spécial appartenant à la Brigade Spéciale de la Sûreté Générale.
  • Cléore Cantovella : épouse d’Alexandre Cantovella, férue de « folklore » celtique.
  • Niamh : messagère de l’autre monde, la Bansidh.
  • Auguste Blanchet : notable parisien sauvé par Alexandre Cantovella
  • Madame Blanchet : épouse d’Auguste Blanchet.
  • Horus : Homme‑Faucon, homme‑bête issu des expériences du docteur Moreau.
  • Thiébaut Brincol : policier français, inspecteur appartenant à la Brigade Spéciale de la Sûreté Générale.
  • Jaquelin Allandet : policier français, inspecteur appartenant à la Brigade Spéciale de la Sûreté Générale.
  • Barthélémy Bazoche : policier français, inspecteur appartenant à la Brigade Spéciale de la Sûreté Générale.
  • Giuliana Lobbia : scientifique française détachée auprès de la Sûreté Générale ; fille imaginaire de Cristiano Lobbia (1826-1876), ingénieur, homme politique et patriote italien, commandant en 1870 une des brigades de l'armée des Vosges, sous les ordres de Giuseppe Garibaldi. Elle collabore avec Alphonse Bertillon (anthropométrie judiciaire) et Charles Girard (laboratoire de chimie de la ville de Paris).
  • Hilarion Combes : médecin français, spécialiste de médecine légale, détaché auprès de la Brigade Spéciale de la Sûreté Générale, élève de Paul Brouardel (médecine légale).
  • Célestin Hennion (1862-1915) : policier français, commissaire de la Sûreté Générale dont il sera directeur en 1907 ; il suggèrera à Georges Clémenceau la création des « Brigades du Tigre » ; ici, créateur de la Brigade Spéciale.

 

 

Les larmes de la fée verte

Le contexte social et politique

La grève des verriers de Carmaux

La grève des verriers de Carmaux a commencé en été 1895, soutenue dans les colonnes de La dépêche par le député Jean Jaurès qui conseille une action pacifique. Quand les verriers votent la reprise du travail, le patron de la verrerie répônd par un lock-out. L'action de la nouvelle se situe début octobre 1895.

Une des conséquences inattendue sera la création, en 1896, d'une verrerie autogérée suite à une souscription soutenue par Jean Jaurès.

 

Le contexte politique

Suite à de nombreux attentats anarchistes, de fin 1893 à l'été 1894 ont été votées les lois dites scélérates qui visaient plus spécifiquement une répression des anarchistes.
La Police spéciale des chemins de fer et la Sûreté générale jouaient pour partie un rôle de police politique républicaine

Chanson "chant des verriers de la verrerie ouvrière par l’Ami Gérault" 1 - Archives Nationales - 14AS-132.jpg
Par Ce document a été placé sur Wikimedia Commons par les Archives Nationales dans le cadre d’un partenariat avec Wikimédia France., Domaine public, Lien

La dépêche

Supplément illustré de la Dépêche de Toulouse, n°1, 1ère année, du 13 février 1898.jpg
Par La Dépêche de Toulouse — Bibliothèque Nationale de France - http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k9638768/f3, Domaine public, Lien

L'absinthe

Absinthe-glass.jpg
Par Eric LittonTravail personnel, CC BY-SA 2.5, Lien

Une boisson sulfureuse

Surnommée la « fée verte », très en vogue à la fin du dix-neuvième siècle, l'absinthe a été interdite en Suisse (1910) puis en France (1915). Cette boisson apéritive aux origines discutées a été distillée en Suisse dès 1798 et en France dès 1805. D'abord régionale et confidentielle, elle gagne Paris mais la « fée verte des boulevards » demeure d'abord une boisson de luxe. Après la création de nouvelles distilleries et l'apparition d'absinthes de mauvaise qualité, son prix baisse jusqu'à la rendre moins chère que le vin. Accusée de provoquer de graves intoxications, et sous la double pression d'une campagne antialcoolique, d'une part, des viticulteurs concurencés par l'absinthe, d'autre part, celle-ci fut interdite...

Affiche absinthe.jpg
Par Albert Gantner — Photographie personnelle, Rama, Domaine public, Lien

Les personnages

Dans l’ordre d’apparition...

  • Nicolet Dreuilhes : Verrier carmausin, membre du comité de grève.
  • Maréchal des logis chef Planoles : sous-officier de la gendarmerie de Carmaux.
  • Docteur Rouanet : médecin de l'hôpital général d'Albi.
  • Alexandre Cantovella : policier français, inspecteur spécial appartenant à la Brigade Spéciale de la Sûreté Générale.
  • Barthélémy Bazoche : policier français, inspecteur appartenant à la Brigade Spéciale de la Sûreté Générale.
  • Hilarion Combes : médecin français, spécialiste de médecine légale, détaché auprès de la Brigade Spéciale de la Sûreté Générale, élève de Paul Brouardel (médecine légale).
  • Eugène Tissandier : policier français, inspecteur appartenant à la Brigade Spéciale de la Sûreté Générale.
  • Michel Aucouturier (1863-1916) : Fondateur du syndicat des verriers de Carmaux, président du comité de grève en 1895, condamné à 4 mois de prison et 500 francs d'amende en octobre 1895 pour menaces envers les ouvriers « étrangers » au département susceptibles d'être embauchés par la verrerie jusqu'ici en lock-out.
  • Inspecteur principal Tournadre : policier politique de la Police spéciale des chemins de fer ; en tant qu'agitateur, il aurait tenté, en 1892, de discréditer les grévistes mineurs de Carmaux.
  • Jean Baudot dit Marien (1868-1953) : délégué syndical de la verrerie de Carmaux, dont le licenciement pour avoir assisté à un Congrès des verriers à Marseille a déclenché la grève.
  • Esméralda Jeambert : Tenancière de la taverne « Chez Esméralda » où l'on sert une absinthe maison.
  • Octave Granier : Verrier carmausin, membre du comité de grève.
  • Eugène Rességuier : fondateur en 1884 de la Société anonyme des Verreries de Carmaux dont il est actionnaire principal lors de la grève de 1895 ; c'est lui qui décidera le lock-out en réaction à la grève.
  • Jade :  mère d'Esméralda.

Ajouter un commentaire